Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chaos architectural et urbain à Lima

27 Mai 2015, 17:47pm

Publié par citybrandproject.over-blog.com

Un paysage architectural et urbain disparate

Visuellement, Lima est une ville au relief plat, marquée par quelques collines avoisinant la cordillère des Andes, dans un décor semi-désertique. Vue depuis le célèbre mirador San Cristobal qui surplombe toute la ville au Nord, Lima donne à voir une immense étendue urbaine sans centralité apparente. Les gratte-ciel, disséminés dans l'espace urbain sans cohésion visuelle, accentuent la difficulté à discerner une ligne paysagère. La présence d’un front de mer passe presque inaperçue, due non seulement à l’étendue de la ville, mais aussi à sa physionomie. Le littoral est pourtant bien existant, aisément reconnaissable par l’hyperurbanisation qui s’y est développée au sommet des falaises, au pied desquelles longe une autoroute délimitant une centaine de kilomètres de plage.

Lima la nuit, vue depuis le mirador San Christobal, situé sur la plus haute colline de la province. Des bus réguliers permettent d'y accéder. Au sommet a été érigée une croix géante.

Lima la nuit, vue depuis le mirador San Christobal, situé sur la plus haute colline de la province. Des bus réguliers permettent d'y accéder. Au sommet a été érigée une croix géante.

Vue sur les falaises du front de mer de Lima, l'un des principaux atouts paysagers dont la ville peut se prévaloir.

Vue sur les falaises du front de mer de Lima, l'un des principaux atouts paysagers dont la ville peut se prévaloir.

Un urbanisme commercial et de tours s’est développé à Lima, de manière incontrôlée, sous l’effet de la spéculation immobilière. La longue avenue Arequipa illustre l’absence chronique de cohésion architecturale. Le long de cet axe majeur traversant la ville du Nord au Sud, et qui combine voirie automobile, cyclable et piétonne, les contrastes et les éclectismes architecturaux ne manquent pas. S'y côtoient des immeubles modernes abritant logements et bureaux, de grandes surfaces commerciales ou de stationnement, et d'élégantes villas de style néoclassique, souvent peu sauvegardées, hébergeant ambassades et institutions diverses. Le long de cette artère emblématique rejoignant la mer, la rapidité et le caractère brutal du développement urbain n'ont guère laissé place, semble-t-il, à la préservation de l’héritage urbain des siècles passés. 

Immeuble de bureaux moderne au croisement des avenues Arequipa et Juan de Arona (quartier San Isidro)

Immeuble de bureaux moderne au croisement des avenues Arequipa et Juan de Arona (quartier San Isidro)

Un casino et une aire de stationnement sur l'Avenue Arequipa.

Un casino et une aire de stationnement sur l'Avenue Arequipa.

L'implantation de grandes surfaces commerciales sur l'Avenue Aréquipa, comme ici le Plaza Vea, chaîne péruvienne de supermarchés.

L'implantation de grandes surfaces commerciales sur l'Avenue Aréquipa, comme ici le Plaza Vea, chaîne péruvienne de supermarchés.

Exemple d'architecture hétéroclite sur l'avenue Arequipa ; ici un immeuble de logement des années 70 côtoyant une villa de l'ère coloniale

Exemple d'architecture hétéroclite sur l'avenue Arequipa ; ici un immeuble de logement des années 70 côtoyant une villa de l'ère coloniale

Certains édifices anciens sont relativement bien préservés comme ici l'institut culturel italien (Avenue Arequipa)

Certains édifices anciens sont relativement bien préservés comme ici l'institut culturel italien (Avenue Arequipa)

Au bout de l'Avenue Arequipa, à l'intersection avec l'Avenue 28 de Julio (référence au jour de l'indépendance du Pérou en 1821), débute l'Avenue Wilson qui débouche sur l'hypercentre de Lima. L'atmosphère y devient pesante. Le tissu urbain se transforme, dominé par la présence de larges jonctions, carrefours et boulevards automobiles congestionnés, ceinturant de monumentaux lieux de marques, comme le Parc des Expositions, ses jardins et son musée d'art, le complexe commercial Real Plaza, en-dessous duquel se trouve la gare centrale de bus, et surtout l'immense et monotone Place Paseo de los Heroes Navales.

Le Parc des Expositions, empruntant le style des capitales européennes, fait office de poumon vert.

Le Parc des Expositions, empruntant le style des capitales européennes, fait office de poumon vert.

La Place Paseo de los Heroes donne à voir un espace fragmenté, particulièrement inhospitalier pour le résident ou le visiteur qui se déplace à pied.

La Place Paseo de los Heroes donne à voir un espace fragmenté, particulièrement inhospitalier pour le résident ou le visiteur qui se déplace à pied.

A proximité, se situent l'imposant hôtel Sheraton et son centre de convention au style dépouillé des années 1970. Ils forment des repères au sein d'un environnement urbain brutaliste, ô combien fragmenté, particulièrement inamical, hostile et visuellement agressif pour le citadin. Enfin, à quelques mètres, aux abords du majestueux Palais de Justice, se trouve de manière quelque peu paradoxale, un quartier enclavé dangereux où prospèrent toutes sortes d'activités illégales et criminelles, prostitution, recel, trafic de stupéfiants etc.

Le Palais de Justice, au style architectural éclectique d'influence néoclassique, érigé en 1939.

Le Palais de Justice, au style architectural éclectique d'influence néoclassique, érigé en 1939.

La tour du Centre Civique (128m) est le bâtiment phare de la zone. Datant des années 1970, typique de l'architecture brutaliste, il abritait d'importantes activités administratives avant de décliner pour être transformer en centre commercial et culturel. Il est l'un des plus hauts immeubles de Lima.

La tour du Centre Civique (128m) est le bâtiment phare de la zone. Datant des années 1970, typique de l'architecture brutaliste, il abritait d'importantes activités administratives avant de décliner pour être transformer en centre commercial et culturel. Il est l'un des plus hauts immeubles de Lima.

Commenter cet article