Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lima face à l'asphyxie de ses transports en communs

10 Avril 2015, 12:56pm

Publié par citybrainproject.over-blog.com

L'explosion de l'offre en transport urbain

Le transport est un sujet particulièrement préoccupant à Lima, souvent considéré comme l'un des grands facteurs de dégradation des conditions de vie. La voiture reste le mode de déplacement privilégié et en forte croissance, avec près d'1,4 million de véhicules en circulation dans la métropole (ce phénomène avait été aussi observé à Dalian et Wuhan en Chine).

En matière de transport collectif, L’hyperlibéralisation économique voulue par les autorités, au début des années 90 a favorisé la multiplication de compagnies de transport privées, peu soucieuses de fournir un service de qualité et adapté aux véritables besoins des usagers. A Lima, comme dans le reste du pays, s’est imposé un mode de transport informel bon marché et peu respectueux des normes de sécurité, à l’instar des combis, ces minibus qui fourmillent par dizaines de milliers dans toute la ville. De même pour les taxis, dont le nombre a explosé. Malgré des efforts de réorganisation des autorités publiques, une grande majorité d'entre eux ne sont pas officiels, donc perçus comme peu sûrs. Les chauffeurs n’utilisent pas de compteurs kilométriques, les prix des courses étant toujours négociés préalablement.

La léthargie des autorités publiques à apporter des réponses concrètes aux problèmes de trafic automobile et de mobilité, telle que la création d’un réseau de métro, indispensable pour une agglomération de cette taille, a contribué à faire de Lima l’une des métropoles dans le monde les plus déficientes en matière de transport en commun.

Les centaines de milliers de taxis et minibus qui engorgent Lima, symboles d'une offre en transport urbain atomisée (photos extraites des sites Peru21 et Generaccion.com)Les centaines de milliers de taxis et minibus qui engorgent Lima, symboles d'une offre en transport urbain atomisée (photos extraites des sites Peru21 et Generaccion.com)

Les centaines de milliers de taxis et minibus qui engorgent Lima, symboles d'une offre en transport urbain atomisée (photos extraites des sites Peru21 et Generaccion.com)

Confrontée à cette situation insoutenable pour les citadins, la municipalité a du toutefois réagir et dépasser les obstacles administratifs et politiques qui a avait entravé la construction d’infrastructures de transport adaptées. En 2010, elle a mis en opération le Métropolitan, un service ultrarapide de bus à haut niveau de service (BHS) et fonctionnant au gaz naturel, desservant la ville centre du Nord (centre historique), au Sud (district Churillos). Une toute première ligne de métro - en réalité, il s’agit plutôt d’un train aérien - a également été inaugurée en 2014, reliant les districts de Barrios Altos au Nord, à Villa el Salavador au Sud[1]. Enfin, geste symbolique, près de 100 km de pistes cyclables ont été aménagées, visibles le long de l'Avenue Arequipa.

Malgré ces efforts engagés, la ville reste confrontée à de très sérieux enjeux de mobilité et de développement urbain, qu’elle ne pourra laisser sans réponse dans un avenir proche (voir cet article pour en savoir plus).


[1] La première ligne possède une longueur de 34km.Trois autres lignes sont en projet et viendront renforcer le maillage du territoire pour les dix prochaines années.

Le Metropolitano, bus à haut niveau de service lancé en 2010 (photo extraite de Wikipédia)

Le Metropolitano, bus à haut niveau de service lancé en 2010 (photo extraite de Wikipédia)

Le manque régulation mentionné plus haut, semble d’ailleurs pouvoir s’appliquer à bien d’autres secteurs de la société, insuffisamment structurés, comme dans l’éducation. Face à la médiocrité des établissements d'enseignement supérieur publics, une flopée d’instituts privés non agrées, ont vu le jour. Ainsi, Le long de la grande Avenue Arequipa, on peut noter la forte densité d’écoles ou instituts privées en tout genre, dédiés à l’entrepreneuriat, au management, à l’ingénierie informatique et aux technologies de l’information et de la communication.

Bâtiment ancien abritant une école d'informatique, comme on en trouve de nombreuses sur l'Avenue Arequipa.

Bâtiment ancien abritant une école d'informatique, comme on en trouve de nombreuses sur l'Avenue Arequipa.

Commenter cet article